Hypothyroïdie: 7 Remèdes Naturels pour Stimuler la Thyroïde

Certains articles contiennent des liens affiliés - mention aff, pour Amazon et autres, faisant écho à mes recommandations. Chacun de vos clics peut donner lieu à une commission d'affiliation qui aide ce blog à vivre.

Découvrez comment gérer naturellement l’hypothyroïdie avec des remèdes naturels, de l’exercice et la gestion du stress pour améliorer votre bien-être global. Apprenez comment limiter les aliments goitrogènes et intégrer des nutriments essentiels pour stimuler la thyroïde et réduire les symptômes.


Vous luttez contre les effets de l’hypothyroïdie ?
La léthargie, la prise de poids, le froid perpétuel ?
C’est un combat compliqué, mais il y a de l’espoir.

Les remèdes naturels peuvent compléter les traitements traditionnels, apportant un réel soulagement et restaurant l’équilibre dans votre vie.
Examinons les stratégies et les solutions qui peuvent vous aider à gérer naturellement l’hypothyroïdie.


Qu’est-ce que la thyroïde ?


La thyroïde, cette glande en forme de papillon nichée au bas du cou, joue un rôle essentiel dans votre corps.
Elle produit deux hormones essentielles : la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3).
Ces hormones sont les moteurs de votre métabolisme, de vos mouvements et de votre clarté mentale.

ou se trouve la thyroïde


Les causes de l’hypothyroïdie


L’hypothyroïdie provient souvent de la thyroïdite d’Hashimoto, une maladie auto-immune déclenchant une inflammation de la glande.
Mais une carence en iode et certains médicaments peuvent aussi dérégler votre thyroïde.

hashimoto thyroide


Troubles de la thyroïde symptômes


L’hypothyroïdie se manifeste par divers symptômes reflétant son impact généralisé sur les fonctions corporelles.
Ces symptômes, englobant les aspects physiques, mentaux et métaboliques, illustrent collectivement la nature multiple de cette affection.

Sensibilité au froid : En raison d’un métabolisme ralenti, les personnes souffrant d’hypothyroïdie ressentent souvent un froid excessif.

Perte d’appétit : Les perturbations métaboliques peuvent entraîner une diminution du désir de manger, contribuant à la perte d’appétit.

Constipation : Le métabolisme altéré affecte le transit intestinal, entraînant une constipation due à une réduction de l’apport alimentaire.

Prise de poids : Malgré une diminution de l’appétit, la prise de poids est fréquente en raison du métabolisme lent caractéristique de l’hypothyroïdie.

Syndrome dépressif : Les déséquilibres hormonaux peuvent entraîner des changements d’humeur et des symptômes dépressifs.

Fatigue : À la fois le métabolisme ralenti et les facteurs psychologiques contribuent à la fatigue persistante dans l’hypothyroïdie.

Problèmes de concentration : Les déséquilibres hormonaux affectent la cognition, entraînant des difficultés de concentration et de focalisation.

Problèmes de mémoire : Les problèmes de mémoire peuvent survenir en raison des déséquilibres hormonaux et de la fatigue.

Peau sèche : L’hypothyroïdie peut entraîner une sécheresse cutanée et un dysfonctionnement, bien que le mécanisme exact ne soit pas clair.

Perte de cheveux : Les personnes souffrant d’hypothyroïdie peuvent connaître une perte de cheveux et une repousse réduite.

Ongles cassants : Les ongles affaiblis qui se cassent facilement sont courants dans l’hypothyroïdie.

Douleurs musculaires et articulaires : La faiblesse musculaire, les crampes et les douleurs articulaires peuvent survenir en raison d’une déficience en hormones thyroïdiennes.

Paresthésies : Des sensations de picotements, de fourmillements ou de douleurs dans les extrémités peuvent être présentes.

Syndrome du canal carpien : La compression du nerf médian dans le poignet peut provoquer des symptômes tels que des douleurs et des picotements.

Dysfonctionnement rénal : Les hormones thyroïdiennes peuvent affecter la fonction des vaisseaux sanguins dans les reins, entraînant une circulation sanguine altérée.

Œdème périphérique : Dans les cas graves, une sécrétion thyroïdienne insuffisante peut entraîner un gonflement important, connu sous le nom de myxœdème.

Goitre : L’augmentation de la taille de la glande thyroïde, souvent visible sous forme de gonflement dans la région du cou.

Ralentissement du rythme cardiaque (bradycardie) : L’hypothyroïdie peut entraîner un rythme cardiaque inférieur à la plage normale de 60 à 100 battements par minute.

Perturbations du cycle menstruel : Des modifications des schémas menstruels, notamment un allongement du cycle (oligoménorrhée) ou l’arrêt des règles (aménorrhée), peuvent survenir.


Diagnostic de l’hypothyroïdie


Votre médecin ordonnera probablement un bilan sanguin pour confirmer l’hypothyroïdie en évaluant les taux de TSH, de T3 et de T4.

Un taux élevé de TSH et des taux bas de T3/T4 indiquent une thyroïde sous-active.
Fort de ces informations, vous pourrez entreprendre les démarches pour rétablir l’équilibre de votre fonction thyroïdienne.


Traitement médical de l’hypothyroïdie


Le traitement traditionnel implique souvent une thérapie de remplacement hormonal synthétique, généralement avec de la lévothyroxine.
Ce médicament réapprovisionne les hormones que votre thyroïde ne produit pas en quantité suffisante.
Un suivi régulier et des ajustements garantissent que les taux restent dans la plage normale.


Remèdes naturels pour une thyroïde sous-active


  • Sélénium

Le sélénium, un oligo-élément crucial pour le métabolisme des hormones thyroïdiennes, est notablement appauvri dans la thyroïdite de Hashimoto, un trouble auto-immun.
Remarquablement, la glande thyroïde abrite la plus forte concentration de sélénium dans le corps.

Une supplémentation en sélénium aide à restaurer l’équilibre des taux d’hormones thyroïdiennes thyroxine (T4).
De plus, le sélénium possède de puissantes propriétés antioxydantes, protégeant contre le cancer, les maladies cardiaques et le déclin cognitif.
Il renforce également le système immunitaire et peut atténuer les symptômes de l’asthme.

La dose maximale à ne pas dépasser pour un supplément de sélénium est de 400ug par jour (aff).

  • Ashwagandha

L’ashwagandha, également connu sous le nom de ginseng indien, est une herbe adaptogène renommée prisée pour ses propriétés réductrices du stress et pour son soutien thyroïdien.
Il atténue efficacement la réponse de l’organisme au stress en réduisant le taux de cortisol et en favorisant l’équilibre des taux d’hormones thyroïdiennes thyroxine (T4).
Des études cliniques ont démontré ses effets positifs en seulement huit semaines de supplémentation, soulignant son efficacité dans l’amélioration du bien-être global.

Pourquoi donc ne pas essayer un extrait pur d’ashwagandha (aff).

ashwagandha hashimoto

  • Vitamine B12

Un taux hormonal trop bas peut perturber le taux de vitamine B12 dans le corps, aggravant ainsi les symptômes de l’hypothyroïdie.
Une supplémentation en vitamine B12 peut donc aider à atténuer les effets de la dysfonction thyroïdienne, notamment en soulageant la fatigue.
De plus, la vitamine B12 offre une pléthore de bienfaits pour la santé, notamment en prévenant l’anémie et l’ostéoporose, en protégeant contre les problèmes de vision tels que la dégénérescence maculaire et en préservant la santé cardiovasculaire.
Avec une posologie recommandée de 300 à 500 µg par jour, la supplémentation en vitamine B12 est sûre et ne comporte aucun risque de surdosage, ce qui en fait un ajout essentiel à un régime de gestion de l’hypothyroïdie.

Si vous souhaitez vous supplémenter, optez pour une vitamine B12 methylcobalamine qui est naturelle et plus assimilable par l’organisme (aff).

  • Probiotiques

Certaines études notent un lien entre l’hypothyroïdie et un dysfonctionnement du petit intestin.
Elles démontrent qu’un défaut de motilité gastro-intestinale est souvent associé et peut provoquer une prolifération de bactéries, conduisant à des symptômes chroniques comme la diarrhée.

Un supplément de probiotiques apporte des bactéries bénéfiques qui renforcent votre estomac et votre intestin (aff).

  • Iode

L’iode est un minéral crucial indispensable à la synthèse des hormones thyroïdiennes.
Une carence en iode peut précipiter l’hypothyroïdie, soulignant son rôle essentiel dans la fonction thyroïdienne.
De manière alarmante, la carence en iode est répandue, touchant environ un tiers de la population mondiale.
Compte tenu de sa prévalence et de sa fonction critique, il est essentiel de traiter la carence en iode pour lutter contre l’hypothyroïdie et promouvoir la santé globale.

Si vous en souffrez, ajoutez du sel iodé à votre alimentation ou optez pour un complément naturel à base d’algues riches en iode (aff).




Nutriments essentiels pour la santé de la thyroïde


Assurer une consommation adéquate de nutriments essentiels est primordial pour soutenir la santé de la thyroïde et optimiser le bien-être global.
Parmi ces nutriments, la vitamine D et le fer jouent des rôles cruciaux dans la fonction thyroïdienne et le métabolisme.
Les carences en ces nutriments peuvent avoir un impact négatif sur la santé et aggraver les symptômes de l’hypothyroïdie.

  • Vitamine D

La vitamine D joue un rôle crucial dans le soutien de la santé de la thyroïde en aidant à réguler la fonction immunitaire, la santé osseuse et la stabilisation de l’humeur.
Elle est impliquée dans la modulation de la synthèse des hormones thyroïdiennes et la sensibilité des récepteurs, influençant ainsi la fonction thyroïdienne.
Un taux adéquat de vitamine D est associé à un risque plus faible de troubles thyroïdiens auto-immuns et peut aider à réduire l’inflammation de la glande thyroïde.

Dosage : L’apport quotidien recommandé en vitamine D varie en fonction de facteurs tels que l’âge, la pigmentation de la peau et l’exposition au soleil.
En général, les adultes ont besoin de 2000 UI (Unités Internationales) par jour, tandis que les carences peuvent nécessiter des doses plus élevées.

  • Fer

Le fer est essentiel pour la synthèse et le métabolisme des hormones thyroïdiennes.
Il joue un rôle crucial dans la production de la thyroperoxydase, une enzyme impliquée dans la production des hormones thyroïdiennes.
Le fer soutient également la production d’énergie et le transport de l’oxygène dans le corps, qui sont essentiels pour le métabolisme global et la vitalité.

Dosage : L’apport quotidien recommandé en fer varie en fonction de l’âge, du sexe et de l’apport alimentaire.
Pour les adultes, l’apport quotidien recommandé est généralement d’environ 8 à 18 milligrammes.
Cependant, il est important de consulter un professionnel de la santé pour des recommandations personnalisées en matière de dosage, en fonction des besoins et des résultats des tests sanguins.


Changements alimentaires : Limiter les aliments goitrogènes


Des ajustements alimentaires peuvent jouer un rôle significatif dans la gestion naturelle de l’hypothyroïdie.
Une considération importante est de limiter la consommation d’aliments goitrogènes, qui peuvent interférer avec la fonction thyroïdienne.
Ces aliments comprennent les légumes crucifères comme le brocoli, le chou et le chou-fleur, ainsi que les produits à base de soja.

Bien que ces aliments offrent de nombreux bienfaits pour la santé, ils contiennent des composés qui peuvent perturber la production d’hormones thyroïdiennes lorsqu’ils sont consommés en grande quantité.
Les cuire peut aider à réduire leurs effets goitrogènes, les rendant ainsi plus sûrs.
En modérant la consommation d’aliments goitrogènes, vous pouvez soutenir la santé de votre thyroïde et soulager les symptômes de l’hypothyroïdie.




Eau du robinet


Un paramètre vous échappe peut-être mais l’eau du robinet contient du fluor qui est un élément connu pour être un perturbateur endocrinien.
Il perturbe donc votre thyroïde.
De plus, le chlore que l’eau contient également inhibe l’absorption de l’iode qui est le composant principal des hormones thyroïdiennes.
Il est donc crucial d’éviter l’eau du robinet et d’opter pour une eau minérale naturelle.

thyroïde et eau du robinet


Exercice régulier


Intégrer l’exercice régulier à votre routine est essentiel pour gérer naturellement l’hypothyroïdie.
L’exercice aide à stimuler le métabolisme, à augmenter les niveaux d’énergie et à améliorer le bien-être général.

Des activités comme la marche, la natation, le vélo et le yoga peuvent être particulièrement bénéfiques.
L’exercice stimule non seulement la production d’hormones thyroïdiennes, mais aide également à combattre la fatigue, un symptôme courant de l’hypothyroïdie.
De plus, une activité physique régulière favorise la gestion du poids, réduit le stress et favorise un meilleur sommeil, contribuant ainsi à une fonction thyroïdienne optimale.
En faisant de l’exercice une priorité, vous pouvez améliorer votre santé globale et mieux gérer votre hypothyroïdie.


Gestion du stress


Le stress chronique peut aggraver les symptômes de l’hypothyroïdie et avoir un impact négatif sur la fonction thyroïdienne.
Il est donc crucial de mettre en place des techniques efficaces de gestion du stress.

Des pratiques telles que la méditation, les exercices de respiration profonde, le yoga et la pleine conscience peuvent aider à réduire le stress et favoriser la relaxation.
De plus, le fait de s’adonner à des loisirs, passer du temps dans la nature et se connecter avec ses proches apporte un soutien émotionnel et procure un sentiment de bien-être.
En priorisant la gestion du stress, vous pouvez atténuer les effets du stress sur votre santé thyroïdienne et améliorer votre qualité de vie globale.




Suivi régulier


La surveillance des taux d’hormones thyroïdiennes est essentielle pour gérer efficacement l’hypothyroïdie.
Les professionnels de la santé recommandent généralement des analyses sanguines périodiques pour évaluer la fonction thyroïdienne et ajuster le traitement au besoin.

Ce suivi permet aux professionnels de la santé d’évaluer les changements des taux d’hormones au fil du temps, garantissant ainsi que le traitement reste optimisé.
Il offre également l’opportunité d’identifier d’éventuelles complications ou changements de symptômes qui pourraient nécessiter une évaluation supplémentaire.
En restant vigilant et en appliquant une surveillance régulière, vous travaillez en étroite collaboration avec votre équipe médicale pour atteindre et maintenir une santé thyroïdienne optimale.

hypothyroidie hashimoto


Soigner l’hypothyroïdie naturellement


La gestion naturelle de l’hypothyroïdie implique une approche globale qui prend en compte les changements alimentaires, l’exercice, la gestion du stress et une surveillance étroite.

En intégrant ces stratégies dans la vie quotidienne, vous pouvez soutenir la santé de votre thyroïde, soulager les symptômes et améliorer le bien-être général.

N’oubliez pas qu’il est essentiel de travailler en étroite collaboration avec les professionnels de la santé pour adapter un traitement adéquat et garantir une fonction thyroïdienne optimale.
En liant les soins holistiques à une mentalité proactive, vous pouvez prendre le contrôle de votre hypothyroïdie et entreprendre un chemin vers une meilleure santé et vitalité.


Questions fréquemment posées sur les problèmes de thyroïde


Quelles habitudes de vie peuvent conduire à une glande thyroïde sous-active ?

– Mode de vie sédentaire avec manque d’activité physique
– Niveaux élevés de stress et incapacité à le gérer efficacement
– Mauvais choix alimentaires, manque de nutriments essentiels comme l’iode, le sélénium et le zinc
– Déséquilibre dans la santé intestinale et les bactéries intestinales
– Privation de sommeil et perturbation des habitudes de sommeil
– Exposition aux toxines et produits chimiques environnementaux
– Consommation excessive de sucre

Qu’est-ce qui aggrave une glande thyroïde sous-active ?

– Faible adhésion au traitement de la thyroïde ou prise incohérente
– Certains médicaments comme le lithium, l’amiodarone et les glucocorticoïdes
– Carences nutritionnelles, en particulier en iode et en sélénium
– Stress chronique et maladies
– Mode de vie peu sain avec manque d’exercice et mauvais sommeil

Quelle boisson est bonne pour la thyroïde ?

Bien qu’aucune boisson spécifique ne bénéficie directement à la thyroïde, rester hydraté en buvant de l’eau est important pour la santé et la fonction thyroïdienne. Le thé vert, riche en antioxydants, peut délivrer certains effets protecteurs pour la thyroïde.

Boire du café est-il mauvais pour les personnes ayant une thyroïde sous-active ?

Une consommation modérée de café est généralement jugée sûre. Cependant, une consommation excessive de caféine (plus de 300 mg par jour) doit être évitée, surtout au moment de prendre des médicaments thyroïdiens, car elle peut interférer avec l’absorption de la lévothyroxine.

Quels fruits éviter en cas de problème thyroïdien ?

Il n’y a pas de fruit spécifique à éviter pour les problèmes de thyroïde. Cependant, consommer des quantités excessives d’aliments goitrogènes comme le soja, les légumes crucifères (brocoli, chou-fleur) et certains fruits peut potentiellement interférer avec la fonction thyroïdienne. La modération est essentielle.




Ce blog est sous copyright ©2024 par gomedica.org. Tous droits réservés

Marie

La santé naturelle est primordiale pour moi, les remèdes naturels ont toujours fait partie de ma vie. Quel que soit le problème, je fais en sorte de trouver des solutions naturelles que l'on peut souvent associer à la médecine traditionnelle. Tout ce que j'écris ici me permet de les partager avec vous.

Clause
Le contenu de cet article n'est pas destiné à remplacer un avis médical ou un quelconque traitement.
Gardez à l'esprit qu'il vous faut contacter votre médecin ou tout professionnel de santé qualifié afin de déterminer s'il vous est possible d'ajouter un supplément à votre traitement ou de modifier votre régime alimentaire.

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Confidentialité

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer