Hypothyroïdie traitement naturel – 5 remèdes efficaces

Cet article contient des liens affiliés (Amazon et autres) faisant écho à mes recommandations. Chacun de vos clics donne lieu à une commission d'affiliation et aide ce blog à vivre sans publicité.

Vous souffrez d’hypothyroïdie ?

Vous savez alors ce que veut dire une thyroïde qui n’assure pas pleinement sa fonction.

Une prise de poids, une sensation de froid permanent, une fatigue chronique, des douleurs diffuses, un esprit embrouillé.

Cette affection est fréquente et invalidante mais il existe aussi des remèdes naturels qui peuvent vous aider à surmonter ce dysfonctionnement.


Qu’est ce que la thyroïde ?


La thyroïde est une glande en forme de papillon située au bas du cou.

Elle est à l’origine de la production de deux hormones importantes :

– la thyroxine ou T4
– la triiodothyronine

Ces deux hormones jouent un rôle crucial dans l’organisme.

Il est important de noter que la thyroxine peut être convertie en triiodothyronine qui est la forme la plus active des hormones thyroïdiennes.

ou se trouve la thyroïde


Quel est le rôle des hormones thyroïdiennes ?


Pour simplifier, on peut définir l’impact de ces hormones en trois zones précises : le métabolisme, le mouvement et le psychisme.

Et dans les trois cas, elles augmentent leur fonction lorsque tout est normal.

Ainsi, si votre taux hormonal est bas comme dans l’hypothyroïdie, vous noterez un métabolisme lent, un ralentissement des mouvements, un psychisme ralenti.


Quelles sont les causes de l’hypothyroïdie ?


Dans les pays développés, on parle de thyroïdite d’Hashimoto ou thyroïdite chronique.

Elle se manifeste par une maladie auto-immune qui engendre une inflammation de la glande.

Le système immunitaire attaque la thyroïde par le biais des anticorps anti-TPO ou des anticorps anti-thyroglobuline.

Une carence en iode est également la cause la plus commune de l’hypothyroïdie.

Enfin, elle peut être le résultat d’un traitement de l’hyperthyroïdie et des médicaments utilisés dans ce cadre.

hypothyroïdie symptomes femme


Quels sont les symptômes de l’hypothyroïdie ?


– La sensibilité au froid

La sensibilité au froid est l’un des symptômes les plus fréquents et la raison pour laquelle l’hypothyroïdie déclenche ce symptôme se trouve dans la modification du métabolisme.

Si votre thyroïde fonctionne mal ou si votre taux hormonal est bas, le métabolisme est altéré, la température corporelle est basse ce qui entraîne une sensibilité au froid.

 

– Une perte d’appétit

La cause est la même, le métabolisme perturbé influe sur l’appétit.

 

– La constipation

Un dysfonctionnement intestinal provoqué par un métabolisme altéré est à l’origine de la constipation.

En effet, si vous avez moins d’appétit, vous mangez moins, le transit intestinal se réduit, la constipation se manifeste.

 

– Une prise de poids

Même si la personne souffrant d’hypothyroïdie ressent un appétit moindre et s’alimente moins, une prise de poids est systématiquement notée.

Elle peut être minime mais est toujours engendrée par un métabolisme ralenti.

 

– Un syndrome dépressif

La dépression liée à l’hypothyroïdie est souvent liée à la baisse du psychisme.

Comme nous l’avons vu, les hormones régulent aussi le psychisme et la cognition.

 

– La fatigue

La fatigue est un symptôme très fréquent qui peut être liée à la fois à un psychisme ralenti et au métabolisme altéré.

Elle peut également être un effet collatéral de la dépression.

 

– Des troubles de la concentration

Sachant que les hormones thyroïdiennes régulent la cognition, il n’est pas anormal de souffrir d’un trouble de la concentration lorsque le taux hormonal est trop bas.

A noter qu’il s’agit également d’un effet collatéral de la dépression et de la fatigue.

 

– Des troubles de la mémoire

Là encore, les troubles de la mémoire peuvent être liés à la dépression et à la fatigue, et être donc un effet collatéral du dérèglement hormonal.

 

– La peau sèche

La raison de cet impact dermatologique n’est pas vraiment connue mais on sait que l’hypothyroïdie peut conduire à un dysfonctionnement provoquant une sècheresse de la peau.

 

– Une perte de cheveux

Une chute de cheveux et une réduction significative de la repousse sont liées à l’hypothyroïdie.

 

– Des ongles cassants

L’hypothyroïdie conduit à une fragilisation des ongles qui deviennent cassants et ont du mal à repousser.


D’autres signes peuvent également être notés comme :

– Douleurs musculaires et crampes
Douleurs articulaires
Perte musculaire, faiblesse
Paresthésies (sensations d’engourdissement, picotements, douleurs des extrêmités)
Syndrome du canal carpien (compression du nerf médian du poignet)


– Un d
ysfonctionnement rénal

Il est démontré que les hormones de la thyroïde agissent sur les vaisseaux sanguins des reins et altèrent la circulation sanguine.

 

– Un oedème périphérique

On parle de myxoedème lorsqu’il est dû à une insuffisance de sécrétion de la thyroïde.

Il se présente tel un oedème très tendu et un gonflement assez conséquent qui ne provoque pas de signe du Godet, la marque du doigt qui reste présente après une pression.

 

– Un goître

Le goître est un élargissement de la glande thyroïdienne.

Certains individus présentent un cou très gonflé au niveau de la gorge accompagné d’une voix rauque du fait de la pression exercée par la thyroïde sur les cordes vocales.

 

– Un ralentissement du rythme cardiaque

Il s’agit de ce que l’on nomme la bradychardie.

Quand le rythme cardiaque doit normalement évoluer entre 60 et 100 battements par minute, l’hypothyroïdie l’abaisse à moins de 60 battements par minute.

 

– Un dérèglement du cycle menstruel

La patiente peut noter deux changements :

  • l’oligoménorrhée : le cycle s’allonge et peut atteindre 35 jours
  • l’aménorrhée : une interruption des règles

Le diagnostic de l’hypothyroïdie


La première démarche à effectuer est de procéder à un examen sanguin pour evaluer le taux de TSH ainsi que les taux de T3 et T4.

Dans le cas d’une hypothyroïdie primaire provoquée par une insuffisance de la thyroïde, les taux des hormones T3 et T4 sont bas et le taux de TSH est haut.

Cela indique qu’il n’y a pas d’information retournée à la glande pituitaire et la TSH est produite pour faire fonctionner la thyroïde.

Dans l’hypothyroïdie secondaire dûe à une atteinte de la glande pituitaire, une production infime de TSH et des hormones T3 et T4 est détectée.


Le traitement de l’hypothyroïdie


A vrai dire, le traitement médical de l’hypothyroïdie est sommaire puisqu’il ne vise qu’à remplacer les hormones défaillantes.

Le traitement généralement prescrit est à base de levothyroxine qui est une T4 synthétique.

Cette dernière est métabolisée en T3, ce qui permet une production des deux hormones avec un seul médicament.

La dose est adaptée jusqu’à un taux de TSH normal à l’issue de dosages mensuels.


Hypothyroïdie traitement naturel efficace


  • Sélénium

Le sélénium est un oligo-élément qui joue un rôle important dans le métabolisme des hormones thyroïdiennes.

La thyroïdite d’Hashimoto est, comme nous l’avons vu, une maladie auto-immune qui réduit significativement l’apport en sélénium.

En fait, la thyroïde est l’organe qui renferme le plus de sélénium dans l’organisme.

Une supplémentation en sélénium permet d’équilibrer la thyroxine, le taux des hormones T4.

Cet oligo-élement apporte de plus certains bienfaits car il a un fort pouvoir antioxydant qui prévient les risques de cancer, de maladie cardiaque, de déclin cognitif.

Il a également un impact positif sur le système immunitaire et peut réduire les symptômes de l’asthme.

La dose maximale à ne pas dépasser pour un supplément de sélénium (#aff) est de 400ug par jour.

 

  • Ashwagandha

L’ashwagandha ou ginseng indien est une plante adaptogène bien connue.

Elle réduit significativement la réponse de l’organisme au stress tout en soutenant activement la thyroïde.

Elle parvient à minorer le taux de cortisol et équilibre les hormones T4.

Les essais cliniques d’une supplémentation en ashwagandha ont montré un résultat positif en huit semaines.

Pourquoi donc ne pas essayer un extrait pur d’ashwagandha (#aff).

ashwagandha hashimoto

 

  • Vitamine B12

Un taux hormonal trop bas peut affecter le taux de vitamine B12.

Prendre un supplément peut donc aider à réparer les dommages provoqués par l’hypothyroïdie.

Elle réduit notamment la fatigue découlant de la maladie.

La vitamine B12 apporte de plus de nombreux bienfaits comme la prévention de l’anémie et de l’ostéoporose et protège des problèmes de vue comme la dégénérescence maculaire.

Elle a également un impact sur l’humeur et le syndrome dépressif et protège des maladies cardio-vasculaires.

Le dosage recommandé est de 300 à 500ug par jour. Cette vitamine est sûre, le risque de surdosage n’existe pas.

Si vous souhaitez vous supplémenter, optez pour une vitamine B12 methylcobalamine (#aff) qui est naturelle et plus assimilable par l’organisme.

 

  • Les probiotiques

Certaines études notent un lien entre l’hypothyroïdie et un dysfonctionnement du petit intestin.

Elles démontrent qu’un défaut de motilité gastro-intestinale est souvent associé et peut provoquer une prolifération de bactéries, conduisant à des symptômes chroniques comme la diarrhée.

Un supplément de probiotiques (#aff) apporte des bactéries bénéfiques qui renforcent votre estomac et votre intestin.

 

  • L’iode

L’iode est un minéral essentiel à la production des hormones de la thyroïde.

En fait, les personnes souffrant d’une carence en iode peuvent déclarer une hypothyroïdie.

Et pourtant, cette carence est si fréquente qu’elle affecte un tiers de la population mondiale.

Si vous en souffrez, ajoutez du sel iodé à votre alimentation ou optez pour un complément naturel à base d’algues (#aff) riches en iode.


Les aliments goitrogènes


Certains aliments sont connus pour interférer avec le fonctionnement normal de la thyroïde.

On dit qu’ils sont goitrogènes parce qu’ils peuvent engendrer un goître, un élargissement de la glande.

Les aliments goitrogènes sont donc :

– tous les aliments à base de soja
– certaines légumes : le chou, le broccoli, le choufleur, les épinards
– certains féculents : la patate douce, le manioc
– certains fruits : la pêche, la fraise
– certains oléagineux : les cacahuètes
– certaines graines : le millet, les pignons de pin


L’eau du robinet


Un paramètre vous échappe peut-être mais l’eau du robinet contient du fluor qui est un élément connu pour être un perturbateur endocrinien.

Il perturbe donc votre thyroïde.

De plus, le chlore que l’eau contient également inhibe l’absorption de l’iode qui est le composant principal des hormones thyroïdiennes.

Il est donc crucial d’éviter l’eau du robinet et d’opter pour une eau minérale naturelle.

thyroïde et eau du robinet


Comment traiter l’hypothyroïdie naturellement ?


L’hypothyroïdie est une affection très fréquente et très invalidante lorsqu’elle n’est pas traitée.

Bien sûr, un traitement s’impose lorsqu’elle est diagnostiquée.

Mais, le fait d’introduire certains suppléments ciblés peut vous aider à rétablir son fonctionnement et peut-être à terme réduire le traitement médicamenteux.

L’association de l’iode et du sélénium est nécessaire pour la production de l’hormone T3 et peut également aider une thyroïdite d’Hashimoto.

L’ashwagandha, de son côté, traite les hormones T4 tout en vous apportant énergie et sérénité.

Il y a des moyens de traiter l’hypothyroïdie naturellement avec patience et rigueur.

Lire aussi :

Test sanguin THS : comment l’interpréter ?

Gérer l’hyperthyroïdie naturellement


Ce blog est sous copyright ©2022 par gomedica.org. Tous droits réservés

Marie

La santé naturelle est primordiale pour moi, les remèdes naturels ont toujours fait partie de ma vie. Quel que soit le problème, je fais en sorte de trouver des solutions naturelles que l'on peut souvent associer à la médecine traditionnelle. Tout ce que j'écris ici me permet de les partager avec vous.

Clause
Le contenu de cet article n'est pas destiné à remplacer un avis médical ou un quelconque traitement.
Gardez à l'esprit qu'il vous faut contacter votre médecin ou tout professionnel de santé qualifié afin de déterminer s'il vous est possible d'ajouter un supplément à votre traitement ou de modifier votre régime alimentaire.

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Confidentialité

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer