Soigner le Diabète Naturellement ? 7 Astuces à Essayer

Cet article contient des liens affiliés (Amazon et autres) faisant écho à mes recommandations. Chacun de vos clics donne lieu à une commission d'affiliation et aide ce blog à vivre sans publicité.

Vous souffrez de diabète ?

Le diabète affecte des millions de personnes chaque année.

Mais ce problème demeure à ce jour irrésolu.

Il existe toutefois un traitement et après avoir expliqué ce qui se passe réellement dans votre organisme lorsque vous en souffrez, je reviendrai à la façon de le traiter à la fois médicalement et naturellement.

Le diabète peut se gérer de multiples façons et permettre une vie tout à fait normale.


Qu’est ce que le diabète ?


L’organisme est constitué de milliards de cellules qui ont besoin d’énergie pour fonctionner normalement.

Ce que vous mangez est transformé en sucre ou plus précisément en glucose qui se diffuse dans les cellules par le flux sanguin.

Un organe, le pancréas, fabrique ce que l’on appelle l’insuline pour aider les cellules à utiliser le glucose.

En effet, il leur est nécessaire pour leur développement et disposer d’une énergie indispensable.

Lorsque vous souffrez de diabète, votre organisme ne parvient plus à contrôler le taux de glucose dans le sang et le pancréas ne fabrique plus assez d’insuline.

Les cellules ne réagissent plus normalement et trop de glucose se retrouve dans le système sanguin.

Un taux insuffisant ou excessif de glucose dans le sang peut provoquer des problèmes cardiaques, une atteinte des vaisseaux sanguins, des reins, du cerveau et du système nerveux.

Il peut également engendrer des problèmes de vue qui s’aggravent au fil des années.

diabète et pancréas


Quels sont les symptômes du diabète ?


Les symptômes majeurs du diabète sont :

– une soif ou un appétit excessif
– une envie d’uriner fréquente
– une perte de poids
– une fatigue intense
– des troubles de la vision

Il est donc très important de régler un problème de diabète.


Les différents types de diabète


Il existe quatre types de diabète :

  • le diabète gestationnel
  • le pré-diabète
  • le diabète de type 1
  • le diabète de type 2

Les femmes enceintes peuvent souffrir d’une forme transitoire que l’on nomme « le diabète gestationnel » qui, en règle général, se résout après la naissance de l’enfant.

Le pré-diabète est établi lorsque le taux de glycémie est à la limite, plus élevé que la normale mais n’atteignant pas le taux diabétique.

Le pré-diabète peut parfois évoluer en diabète mais ce n’est pas systématique.

Durant la digestion, les glucides sont transformés en glucose qui est porté par le flux sanguin vers les organes.

L’insuline, l’hormone produite par les cellules du pancréas, permet d’amener le glucose aux cellules ciblées.

Chez une personne en bonne santé, les cellules du pancréas produisent l’insuline qui se lie aux récepteurs des cellules pour délivrer le glucose.

 

  • Le diabète de type 1

Dans le cas du diabète de type 1, les cellules du pancréas sont détruites par erreur par le système immunitaire.

La raison de ce phénomène n’est pas définie, mais les chercheurs pensent que des facteurs génétiques sont en cause.

La production de l’insuline est réduite, ce qui implique que moins d’insuline se lie aux récepteurs et donc, moins de glucose est délivré aux cellules et reste dans le sang.

Le type 1 se caractérise par une déclaration précoce.

Ses symptômes sont soudains et bien souvent avant l’âge de 20 ans.

Ce type de diabète est en règle générale géré par des injections d’insuline.

On dit alors que le patient est « insulino-dépendant« .

 

  • Le diabète de type 2

Dans le cadre d’un diabète de type 2, le pancréas produit suffisamment d’insuline mais un dysfonctionnement intervient au niveau des récepteurs.

Les cellules ne répondent plus à l’insuline et ne peuvent plus accepter le glucose qui reste donc dans le sang.

En d’autres termes, le patient est cette fois « insulino-résistant« .

Là aussi, des facteurs génétiques sont possibles mais les chercheurs pensent que le mode de vie est également très impliqué.

L’obésité, la sédentarité et une alimentation déséquilibrée sont associés à un risque de diabète de type 2.

Il se déclare à l’âge adulte, généralement après trente ans, et ses symptômes apparaissent progressivement.

Il représente 80 à 90% des diabétiques.

Sa gestion passe par la perte de poids et impose un régime pauvre en glucides.


15 signes du diabète


Le diabète présente des signes caractéristiques qu’il est bon de connaître pour le détecter rapidement.

  • une fréquente envie d’uriner (surtout la nuit) et des urines abondantes
  • une soif intense
  • une sècheresse buccale
  • un accroissement de l’appétit
  • une perte ou un gain de poids inexpliqué
  • des troubles de la vision
  • une forte fatigue
  • de la somnolence
  • des troubles de l’humeur
  • des picotements aux extrêmités
  • un retard de cicatrisation inhabituel
  • des crampes
  • des démangeaisons intenses
  • des fourmillements ou des engourdissements
  • une haleine altérée

Le traitement du diabète


Les gens souffrant d’un diabète de type 1 doivent s’injecter une dose d’insuline tous les jours.

Pour un diabète de type 2, il est encore possible de le maîtriser par l’alimentation et l’exercice physique tout en prenant un traitement oral.

Votre médecin peut mettre en place un régime alimentaire spécifique et certains médicaments qui vous permettront de réguler le sucre dans le sang.

La prescription la plus fréquente est le Metformin qui a pour effet de baisser la production de glucose dans le foie et d’améliorer la sensibilité à l’insuline pour qu’elle soit utilisée à bon escient.

D’autres substances peuvent également être prescrites, comme :

– les sulfonylurées ou sulfamides hypoglycémiants qui accroissent la production d’insuline
– les glinides qui stimulent le pancréas pour qu’il fabrique davantage d’insuline
– les thiazolidinediones qui améliorent la sensibilité à l’insuline et réduisent glycémie, lipémie et insulinémie
– les gliptines ou inhibiteurs de la dipeptidyl peptidase-4 (DPP-4) qui permettent de baisser la glycémie mais ont des résultats peu satisfaisants
– les agonistes du GLP-1 (Glucagon-like peptide 1) sont sous forme injectable et permettent de ralentir la digestion et baisser la glycémie
– les gliflozines, ou inhibiteurs du SGLT2, modifient la fonction rénale en bloquant le retour du glucose dans le sang pour l’excréter par les urines
– l’insulinothérapie, une injection régulière d’insuline

appareil mesure glycémie


Le régime alimentaire du diabète


Contrairement aux idées reçues, il n’existe pas vraiment de régime alimentaire pour gérer le diabète.

Il s’agit ici de vous concentrer davantage sur votre mode de vie que sur un régime spécifique.

Pour y parvenir, vous devez :

  • prendre des repas réguliers
  • réduire les portions
  • cherchez les aliments à haute teneur en fibres et notamment les fruits, les légumes non féculents, les grains entiers
  • réduire les céréales raffinées, les féculents et les sucres
  • vous accorder de modestes portions de produits laitiers allégés, de viandes et poissons maigres
  • introduire des huiles de cuisson saines comme l’huile d’olive ou l’huile de canola
  • réduire drastiquement les calories

En dehors de ces conseils, votre objectif majeur doit être de développer de nouvelles habitudes alimentaires et monitorer le taux de glucides ingéré (au moyen d’un glucomètre) pour que la glycémie soit plus stable.

régime diabète type 2 menu


Diabète traitement naturel


Lorsqu’on souffre de pré-diabète ou d’un diabète de type 2, de nombreux suppléments sont proposés, prétendant contrôler ou même guérir le diabète.

Mais attention, leurs formules ne sont pas forcément adéquates pour résoudre ce problème.

Voici donc des compléments que vous pouvez utiliser en toute sécurité et qui ont été étudiés avant d’être recommandés.

 

  • La thiamine

La thiamine ou benfotiamine est en fait la vitamine B1.

Les études montrent que la thiamine peut prévenir l’activation des réactions biochimiques qui provoquent un taux élevé de glucose.

Il est ainsi recommandé de prendre de 1 à 1,2mg de thiamine par jour.

Cette vitamine est peut-être la plus intéressante dans la gestion du diabète car elle protège activement les nerfs, les reins, les yeux, les vaisseaux sanguins et le coeur.

Privilégiez la benfotiamine (#aff) qui est un dérivé synthétique de la thiamine mieux assimilable par l’organisme en raison de sa forme liposoluble.

 

  • L’acide alpha lipoïque

L’acide alpha lipoïque est un acide soufré naturellement présent dans les cellules de l’organisme.

Les études montrent qu’une supplémentation augmente le cholestérol HDL tout en prévenant la prise de poids.

Elle augmente également la sensibilité à l’insuline et diminue le risque d’atteinte cardiaque.

A noter que l’acide alpha lipoïque est également très indiqué pour lutter contre la neuropathie diabétique de par ses effets antioxydants.

Il est sûr à doses modérées.

Vous pouvez prendre jusqu’à 1800mg par jour pendant six mois.

Privilégiez la forme R de l’acide alpha lipoïque (#aff) qui est sa forme naturelle, produite par l’organisme.

La forme S est artificielle et difficilement assimilable.

 

  • Vitamines B6-B12

Les vitamines b6 et b12 soutiennent très activement le système nerveux et sont très efficaces pour contrer les neuropathies diabétiques.

La vitamine B6 (#aff) protège les terminaisons nerveuses.

La vitamine B12 assure une fonction neurologique optimale.

Pour une parfaite assimilation, optez pour une vitamine B12 methylcobalamine (#aff) qui est naturelle.

De plus, la prise d’un médicament comme le Metformin entraîne une carence en vitamine b12.

 

  • L’acétyl-l-carnitine

La carnitine est un acide aminé aux vertus antioxydantes qui aide à la formation des cellules nerveuses.

Elle apaise ainsi les douleurs nerveuses tout en augmentant votre énergie.

Le dosage recommandé est de 500mg à 3 grammes d’acétyl l carnitine (#aff) par jour.

 

  • Le magnésium

Les études montrent qu’un taux de magnésium insuffisant est lié au développement d’un diabète de type 2 et d’un syndrome métabolique.

Une méta-analyse effectuée pour évaluer l’impact du magnésium sur le diabète conclut qu’une supplémentation peut réduire significativement le taux de glucose dans le sang.

Vous pouvez prendre 300mg de magnésium par jour, en privilégiant le magnésium bisglycinate (#aff) qui est mieux assimilé par l’organisme et est dénué d’effets secondaires.

 

  • Les Omega 3

Les études montrent qu’une supplémentation à un dosage approprié d’acides gras essentiels Omega 3 assure une prévention du diabète de type 2.

Si vous souhaitez vous supplémenter, le dosage à appliquer est de 1 à 1,6 grammes d’Omega 3 Huile de Poisson (#aff) par jour.

 

  • La vitamine D

Une supplémentation en vitamine D a montré des résultats très positifs, notamment pour réduire significativement le taux de glucose dans le sang ainsi que la sensibilité à l’insuline.

Une étude démontre que les personnes présentant une carence en vitamine D sont parvenues à un faible taux d’hémoglobine glyquée (HbA1C) et une réduction du glucose sanguin après supplémentation.

A noter que la vitamine D a également un impact très positif sur les douleurs neuropathiques du diabétique et induit une régénération des nerfs.

Le dosage recommandé en vitamine D (#aff) est de 2000 à 5000UI par jour.


Les conséquences du diabète


Un diabète diagnostiqué induit forcément un changement de mode de vie.

Sa gestion implique la mise en place d’un traitement et d’une surveillance constante assortis de modifications alimentaires et de la pratique d’une activité physique régulière.

Comme nous l’avons vu, certains aliments et suppléments peuvent vous aider à le contrer pour ne plus en souffrir et prévenir une évolution dommageable.

Tentez d’apporter à votre organisme toutes les vitamines, les acides aminés, les antioxydants qui lui permettront de minorer l’impact du diabète sur les organes.

Rétablir l’équilibre est sûrement la meilleure prévention et un réel appui pour un traitement déjà en vigueur.


Foire aux Questions


Le diabète provoque-t-il des douleurs ?

Cette affection est susceptible de provoquer des neuropathies diabétiques, une atteinte nerveuse qui engendre des douleurs diffuses.
Elles se doublent de sensations d’engourdissement, de picotements, de faiblesse, de crampes, de spasmes et de symptômes indéfinis.

Le diabète peut-il donner mal aux jambes ?

Le signe majeur du diabétique se traduisant très précocement est une douleur semblable à une crampe tenaillant les mollets ou les pieds après la marche.
La douleur s’estompe à l’arrêt du mouvement, ce qui permet au patient de reprendre ses activités après quelques minutes d’immobilité.
Ce symptôme doit alerter et engendrer une consultation médicale.

Quels sont les effets collatéraux du diabète ?

Le diabète est susceptible de déclencher des complications pouvant toucher divers organes :
– les yeux ( par le biais de la rétinopathie, anomalies de la rétine)
– les reins (par la néphropathie diabétique)
– le coeur (avec un risque accru d’infarctus)
– le système neurologique (se traduit par les neuropathies)
– les vaisseaux sanguins (avec risque d’hypertension, AVC, artériosclérose)

Peut-on guérir du diabète ?

Le diabète de type 2 le plus fréquent est une maladie chronique irréversible qu’il est possible de gérer par le biais d’un traitement adapté.
Le but de cet accompagnement médical est de limiter les effets collatéraux de la maladie et ses éventuelles complications.

  *Lire aussi:

Comment contrôler son taux de glycémie ?


Ce blog est sous copyright ©2022 par gomedica.org. Tous droits réservés

Marie

La santé naturelle est primordiale pour moi, les remèdes naturels ont toujours fait partie de ma vie. Quel que soit le problème, je fais en sorte de trouver des solutions naturelles que l'on peut souvent associer à la médecine traditionnelle. Tout ce que j'écris ici me permet de les partager avec vous.

Clause
Le contenu de cet article n'est pas destiné à remplacer un avis médical ou un quelconque traitement.
Gardez à l'esprit qu'il vous faut contacter votre médecin ou tout professionnel de santé qualifié afin de déterminer s'il vous est possible d'ajouter un supplément à votre traitement ou de modifier votre régime alimentaire.

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Confidentialité

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer